Actualités

rss

Toutes les actualités de Neomytic


Hostname pour une Web App Azure & DNN

Cet article fait suite à un article précédent concernant le déploiement du CMS DNN via la solution Microsoft Azure

http://www.neomytic.be/Actualites/PostId/29/dnnonmsazure

Par défaut, ma Web App dispose d’un hostname sur le domaine azurewebsites.net, en effet mon site DNN (DotNetNuke) répond sur https://dnn-test-webapp.azurewebsites.net . Je vous propose de voir dans cet article comment nous pouvons changer ce nom et y associer quelque-chose de plus personnel.

Avant toute chose, vous devez posséder un nom de domaine personnalisé et avoir accès à la console de votre hébergeur vous permettant de créer et modifier les entrées DNS associées à votre domaine.

Dans le cadre de cet exemple, je ne vais pas associer un domaine, mais un sous-domaine, mais le processus est identique.

Création du record DNS CNAME

Dans cet exemple, je vais utiliser un record DNS de type CNAME. Celui-ci permet de rediriger un hostname vers un autre hostname. Dans les faits je vais donc rediriger le hostname dnn-test-webapp.azurewebsites.net vers test.neomytic.be, ce qui me permettra d'accéder à mon site DNN via l'url http://test.neomytic.be

Depuis ma console DNS, je vais donc sur le domaine Neomytic.be ajouter un record CNAME.

clip_image001

Ajout d'un hostname dans Azure

Depuis la console de gestion de ma Web App, nous trouvons le menu "Domaines personnalisés"

clip_image002

Là, je peux donc ajouter un nom d'hôte, de type CNAME

clip_image003

clip_image004

Configuration de la solution DNN

Côté DNS et Azure, tout est en ordre, mais malgré cela mon site DNN ne répond pas.

J'obtiens une erreur en voulant joindre l'adresse http://test.neomytic.be

DNN a une façon bien à lui de gérer les Alias d'un site web, il faut donc lui renseigner que le hostname test.neomytic.be fait bien parti des Alias qu'il doit gérer.

Pour ajouter un Alias à DNN, il faut donc se connecter au site via l'url par défaut, et se connecter via un compte administrateur. Ouvrir la console d'administration, et aller sur les paramètres du site.

clip_image005

clip_image006

Dans la partie permettant de gérer les Alias, il vous reste donc à y ajouter l'alias souhaité.

A partir de là, mon site DNN répond via l'url http://test.neomytic.be


Déploiement du CMS DNN dans Microsoft Azure
Résultat de recherche d'images pour DNN, ou DotNetNuke, est une solution CMS Open Source construite sur des technologies Microsoft. Une approche Open Source sous Windows c'est un peu bizarre mais en fait c'est très cohérent pour les raisons suivantes.


L’outil de développement naturel de DNN est Visual Studio. Le noyau de l’application est écrit en C#, un langage apprécié et maitrisé par une large communauté de développeurs en entreprise.

DNN est fourni en standard avec le provider pour SQL Server, qui est sa base de données naturelle. Le système d’authentification par défaut de DNN est assuré par l’ASP .NET Membership Provider. Les identifiants d’accès à un site DNN peuvent donc être partagés avec toute autre application, par la simple mise en œuvre des méthodes du provider Microsoft.

DNN dispose de connecteurs lui permettant de se relier sans difficulté à SharePoint, la solution collaborative utilisée en entreprise. Ceux-ci permettent d’exposer publiquement certaines données de l'intranet sur un site internet, sans compromettre la sécurité des données SharePoint.

DNN intègre en standard les librairies JQuery. Il permet également de mettre en œuvre le puissant langage de requête Linq, et, pour des applications plus importantes, de générer des modèles Entity Framework sans difficulté.

DNN est sous licence Open Source certifiée OSI. Une licence non-contraignante, protégeant les développements internes.

On trouve de tout dans l'écosystème DNN : thèmes graphiques, modules, contributions, le tout gratuit, très bon marché ou payant, avec ou sans contrat de mise à jour dans la durée, mono ou multi-sites, mono ou multi-serveurs. Cet écosystème riche et varié est possible grâce à la licence libérale de type BSD d'une part, et du fait de la culture d'entreprise de l'environnement professionnel Microsoft d'autre part.

Mon objectif dans cet article est de vous décrire le processus de mise en ligne d'un site DNN via l'offre Microsoft Azure. https://portal.azure.com

Nos besoins en terme de ressources dans Microsoft Azure

  • Une base de données SQL Serveur
  • Une application web pour héberger le site DNN


Création d'un groupe de ressources

Afin de gérer de manière centralisée ces ressources, la première chose à créer dans le portail Azure, est un groupe de ressources.

clip_image002

Nous allons donc dans la section "Groupes de ressources", et y ajouter un nouveau groupe.

clip_image003

  • Nom du groupe : DNN-Test-Ressources
  • Choisir votre abonnement
  • Emplacement : Géolocalisation de votre groupe de ressources

Il faut patienter quelques secondes, et rafraichir votre écran, votre nouveau groupe est prêt !

Vous pouvez consulter ce nouveau groupe de ressources, qui pour le moment est vide.

clip_image004



Création de la base de données SQL Serveur

Depuis votre groupe de ressources, vous allez ajouter une base de données SQL Serveur.

clip_image005

On fera donc le choix de créer une "SQL Database" !

clip_image006

Pour obtenir une SQL database, il faut d'abord créer un serveur SQL, ou utiliser un existant.
Ici nous allons créer un nouveau Serveur SQL

clip_image007

Attention de bien conserver, les paramètres d'authentification pour l'accès à votre base de données.

Ensuite nous pouvons finaliser la création de la base de données.

clip_image008

A moins d'avoir de très gros besoins de stockages, une base données "Basic" avec 2Go est largement suffisante. Concernant la notion de DTU, je vous invite à lire l'article suivant : https://docs.microsoft.com/fr-fr/azure/sql-database/sql-database-service-tiers-dtu

Il va falloir patienter quelques minutes

clip_image009

On retrouve maintenant ceci dans notre groupe de ressource

clip_image010



Création de l'application web

Depuis votre groupe de ressources, vous allez ajouter une application web

clip_image011

clip_image012

Pour mettre en ligne une web application, il vous faut créer un plan App Service qui vont déterminer l'emplacement, les fonctionnalités et le coût de votre application web. Vous pouvez aussi utiliser un plan existant.

clip_image013

En terme de plan, je fais le choix d'un S1 Standard, qui me suffit pour commencer

clip_image014

Je peux maintenant finaliser la création de mon application web

clip_image015

Il va falloir patienter quelques minutes

clip_image009[1]

On retrouve maintenant ceci dans notre groupe de ressource

clip_image016

A ce stade nos ressources Azure sont prêtes, il nous reste à déployer le CMS DNN.



Récupération des fichiers d'installation de DNN

Nous devons d'abord récupérer le setup de déploiement de DNN, via le lien suivant :
https://www.dnnsoftware.com/community/download

Attention de bien prendre le lien vers "Download DNN platform"

clip_image017

Ensuite de télécharger en local le package d'installation de la dernière version disponible, ici la 9.2.2

clip_image018

Dès que le téléchargement du package d'installation est terminé, il faut le décompresser en local.
Il nous reste à transférer tous les fichiers vers la web application Microsoft Azure.



Déploiement de DNN sur Microsoft Azure via Dropbox

Microsoft Azure propose plusieurs façons de déployer des fichiers sur une Web App, celle que j'utilise est une synchronisation via DropBox.

J'ouvre donc le détail de ma Web Application

clip_image019

Dans le menu contextuel, vous trouverez l'entrée "Options de déploiements"

clip_image020clip_image021

Il faudra fournir vos paramètres d'authentification Dropbox pour pouvoir interconnecter votre WebApp à votre compte Dropbox. Si vos paramètres d'authentification sont acceptés, un nouveau dossier Dropbox devrait apparaitre en local sur votre poste (si celui-ci synchronise votre Dropbox)

C:\Users\xxxxxx\Dropbox\Applications\Azure\DNN-Test-WebApp

clip_image022

Il vous reste donc à transférer vos fichiers d'installation DNN dans ce dossier dropbox.

Ensuite, dans Microsoft Azure, via les options de déploiement de votre Web App, il vous reste à lancer une synchronisation.

clip_image023

clip_image024

clip_image025

Un peu de patiente maintenant !

clip_image026

Et au bout de quelques "longues" minutes

clip_image027

Le package d'installation de DNN contient environ 2.673 fichiers, il faudra peut-être relancer la synchronisation pour que ceux-ci soient tous remontés vers votre Web App. Cela s'explique par le fait que votre contenu local Dropbox n'est pas encore en ligne sur votre Dropbox au moment où vous lancez la synchronisation vers votre Web App Microsoft Azure.



Revue de vos ressources Microsoft Azure

Nous avons donc un groupe de ressources "DNN-Test-Ressources"

clip_image028

Ce groupe contient les ressources suivantes

DNNTestSQLServer : Notre instance SQL Server, dont le compte d'administration est dnnsa

clip_image029

Notre serveur SQL est accessible via dnntestsqlserver.database.windows.net

Ce serveur héberge la base de données dnntest-db

clip_image030

DNN-Test-PlanAppService : Notre conteneur d'applications

clip_image031

Ce conteneur héberge notre Web App DNN-Test-WebApp

clip_image032

Notre application web est accessible via l'url : https://dnn-test-webapp.azurewebsites.net

clip_image033



Configuration de notre CMS DNN

Il est maintenant temps d'exécuter pour la première fois notre application web. Au premier lancement, DNN va se rendre compte qu'il n'est pas configuré, et va donc nous proposer de le faire.

Via votre navigateur préféré, https://dnn-test-webapp.azurewebsites.net/

Si tout s'est passé correctement dans les étapes précédentes vous devriez arriver sur la page d'installation de DNN.

clip_image034

A vous de configurer les paramètres selon vos besoins.

Par contre pour les informations de base de données, là il faut être attentif

clip_image035

Si vos paramètres de base de données sont correctement introduits, le setup de DNN doit se lancer

clip_image036

La configuration complète de votre CSM DNN peut prendre jusqu'à 10 minutes, donc un peu de patiente.

clip_image037

Il ne vous reste plus qu'à prendre la main sur votre site web DNN !!!

En espérant que cet article pourra vous aider à prendre en main le CMS DNN et la plateforme Microsoft Azure.

Sur le même sujet, je vous proposerai rapidement deux autres articles.

Le premier concernant la gestion des DNS et Alias de DNN, car l'url https://dnn-test-webapp.azurewebsites.net/ n'est pas très "sexy" pour un site web, et un second article sur comment transférer un site DNN existant vers Microsoft Azure.


Création de pages OneNote pour les meeting

Environnement technique : Microsoft Flow, Office 365, OneDrive Entreprise, Exchange Online

La plateforme Microsoft Flow propose de nombreux modèles de flux tout fait.

Parmi ces modèles, il y en a un qui est vraiment utile pour le suivi de vos réunions.

clip_image001

Le modèle par défaut proposé par Flow, crée un page OneNote vierge 15 minutes avant chacune de vos réunions.


Outlook et OneNote

Dans Outlook, vous avez la possibilité de créer une page OneNote liée à un rendez-vous.

clip_image002

Le résultat est intéressant, mais le flux Microsoft par défaut est loin de donner le même résultat, on est même très loin d'avoir quelque chose d'exploitable.

clip_image003

La page créée n'a pas de titre et ne contient aucune information sur le meeting !

Assez décevant comme résultat en définitif.

Nous allons donc partir sur ce flux basique pour en faire quelque chose de plus intéressant en terme de suivi.


Création du flux

Le bloc-notes doit se trouver impérativement dans un OneDrive Entreprise !

clip_image004

Au moment de la création du flux, il est préférable de passer en mode édition avancé !

clip_image005

Bien que ce flux soit intéressant, la note créée n'est pas satisfaisante, car elle ne reprend pas d'informations utiles concernant vos réunions.

L'objectif ici est de créer une note qui reprenne les informations suivantes des réunions :

  • Sujet de la réunion
  • Participants de la réunion
  • Lieu de la réunion
  • Date et heure de la réunion
  • Contenu de la réunion
  • Organisateur de la réunion


Format d'une page OneNote

Une page OneNote répond à une structure HTML standard et simpliste.

image

Nous allons donc profiter de cette structure pour construire un contenu de page plus riche que ce qui est proposé par défaut.

Voici la structure HTML que nous allons implémenter :

image

Il faudra juste insérer les bons objets aux endroits souhaités


Création d'une page OneNote

clip_image006

La plupart des objets insérés peuvent être utilisés tel quel :

  • Object : Sujet de la réunion
  • DisplayName : Lieu de la réunion
  • Content : Message de la réunion

Mais d'autres doivent être formatés correctement


Début de la réunion

Attention que la date de la réunion est formatée UTC, et donc dans mon cas je préfère la convertir au format Europe de l'ouest !

convertTimeZone(triggerBody()?['Start'],'UTC','W. Europe Standard Time','dd/MM/yyyy HH:mm')


Organisateur

Cet objet renvoi la chaîne suivante : {"EmailAddress":{"Name":"Arnaud JUND","Address":"a.jund@neomytic.be"}}

Il va donc falloir la formater

Replace(Replace(Replace(Replace(replace(replace(replace(string(triggerBody()?['Organizer']),'"',''),'{',''),'}',''),',',' '),'EmailAddress:',''),'Address:',''),'Name:','')


Les participants

L'objet EmailAddress renvoi un tableau de valeurs que je stocke dans une chaîne de caractères

clip_image007

La variable Attendees est maintenant constituée ainsi

{"Name":"Arnaud JUND","Address":"a.jund@neomytic.be"}{"Name":"Arnaud JUND","Address":"a.jund@neomytic.be"}{"Name":"Arnaud JUND (Outlook)","Address":"arnaud.jund@outlook.com"}{"Name":"Arnaud JUND","Address":"a.jund@neomytic.be"}

Il va donc falloir la formater aussi

clip_image008

Replace(Replace(Replace(replace(replace(replace(variables('Attendees'),'"',''),'{',''),'}','
'),',',' '),'Address:',''),'Name:','')


Flux complet

Le flux est complètement terminé

clip_image009


Le résultat

clip_image010


Hackathon Citizens of Wallonia

Le hackathon Citizens of Wallonia est né en 2016 à l'initiative de FuturoCité et de ses partenaires. Pas moins de 150 participants, 35 projets issus de la compétition et 12 équipes lauréates ces deux dernières années !

LOGO-2018

Après le succès rencontré par les éditions 2016 et 2017, FuturoCité renouvelle l'aventure le week-end du 9 au 11 mars 2018 avec un hackathon dédié aux Smart Cities en partenariat avec IBM et l'UMONS et avec le support de Digital Wallonia, du FOREM, de l'IDEA et la Maison de l'Entreprise, du Cetic, de Be-Mobile, de Proximus Enco, du Microsoft Innovation Center, de Wallonie en Poche, de Digital Attraxion, de Sparkle, de Technocité, du Smart City Institute, de Multitel et de Creative Valley.

Ouvert à tous! Pour hacker "intelligent" avec le support technologique d'IBM et de Proximus Enco, l'accès aux Open Data et à des technologies innovantes telles que l'IoT, l'AI (Intelligence artificielle/augmentée)...afin de créer de nouveaux usages grâce au numérique et développer des solutions pour faciliter la vie des citoyens! Vaste thématique pensez-vous? En effet il y a de quoi faire... et pour ceux à qui l'inspiration manque, on fournit des pistes et des données en termes, par exemple

  • d'interaction entre citoyens et avec les instances (gouvernance);
  • de mobilité, sécurité, efficience énergétique;
  • d'accès à l'emploi, à l'enseignement/éducation.

Une compétition de 48 heures avec des coachs et des jurys issus de la technologie, de l'innovation et du business.

Des récompenses à la hauteur du challenge et l'opportunité d'entreprendre au-delà du marathon!

A vos agendas! Pour le plus grand hackathon de Wallonie: 100 développeurs au profit des Villes Intelligentes!

 

Inscrivez-vous à la 3ème édition du hackathon Citizens of Wallonia organisé à Mons le 9 mars 2018.

L'inscription est gratuite mais demande une caution qui vous sera rendue le jour de l'événement.

Que vous soyez un développeur confirmé ou en cours de formation, ce challenge est fait pour vous.


Microsoft Flow - Boite Mail partagée - Bibliothèque SharePoint

Environnement technique : Microsoft Flow, Office 365, SharePoint Online, Exchange Online

La plateforme Microsoft Flow propose de nombreux modèles de flux tout fait.

Parmi ces modèles, il y en a un que j'utilise régulièrement :

clip_image001

Le principe de ce flux est de récupérer les pièces jointes que je reçois par courrier électronique et de les sauvegarder automatiquement dans une bibliothèque SharePoint.

Très pratique lorsque que l'on veut archiver les documents reçus par courrier dans le cadre d'un projet par exemple.

Le comportement par défaut de ce flux est d'utiliser mes paramètres d'authentification pour accéder à ma boite mail et à mes espaces SharePoint.

Dans certains cas, on aimerait pouvoir récupérer les pièces jointes non pas de sa propre boite mail mais celles d'une boite mail partagée.

Voici mon scénario : La réception des factures se fait via une boite mail partagée "invoice@neomytic.be", et on aimerait archiver les factures dans une bibliothèque SharePoint de l'intranet de l'entreprise.

 

 

SharePoint Online

Tout d'abord, il me faut un espace SharePoint avec une bibliothèque de documents pour l'archivage des factures reçues.

clip_image002

J'ai donc prévu à cet effet, un site web SharePoint "Sales" avec une bibliothèque "Invoices"

 

 

Exchange Online

Ensuite pour la réception des factures, il me faut une boite mail partagée.

Pour créer cette boite mail, je vais dans le centre d'administration d'Exchange Online

clip_image003

Dans la section "Boites aux lettres", je vais pouvoir créer une boite aux lettres partagées

clip_image004

clip_image005

Pour rappel, la création d'une boite mail partagée ne consomme aucune licence Office 365. Vous pouvez donc en créer autant que vous le souhaitez.

 

 

Microsoft Flow

Dans Flow, si je crée un flux sur base de mon modèle préféré, je vais avoir ceci :

clip_image006

Et là bien que, mon compte utilisateur ait un accès à la boite mail partagée, Flow ne permet pas de se connecter à une autre boite que celle liée aux identifiants de l'utilisateur.

Il va donc falloir contourner ce problème !

 

 

Office 365

Pour rendre fonctionnel mon flux, il faut que ce dernier utilise non pas mes paramètres d'authentification mais ceux de la boite mail partagée. Y a plus qu'à !!

Lorsque l'on créée une boite mail partagée, Office 365 créée en parallèle un compte utilisateur associé, mais sans licence. Via l'interface d'administration d'Office 365, dans la section des utilisateurs "Actifs" vous allez retrouver :

clip_image007

On va donc lui attribuer un mot de passe !

clip_image008

clip_image009

Retournons dans Flow maintenant !

 

 

Microsoft Flow

clip_image006[1]

La connexion à Office 365 Outlook, plutôt que de travailler avec mon compte personnel, je vais impersonnaliser la connexion en ajoutant une nouvelle connexion.

clip_image010

On va donc utiliser un autre compte pour l'accès à la boite mail !

Il s'agit ici de renseigner le compte utilisateur invoices@neomytic.onmicrosoft.com

clip_image011

Et voilà comment j'obtiens mon accès à une boite mail partagée dans Flow !

clip_image012

A partir de là, mon flux ira récupérer les pièces jointes reçues dans ma boite mail partagée invoices@neomytic.be pour les publier dans une bibliothèque SharePoint

Voici à quoi ressemble mon flux terminé :

clip_image013

Reste plus qu'à le tester !!!


Microsoft .Net Challenge 2017

Après plusieurs mois de préparation, EDITX et SATELLIT lancent le premier challenge Microsoft .NET en Belgique. Plus de 1000 participants sont invités à évaluer leurs connaissances dans le monde .NET.
Dix finalistes passeront, ensuite, l’épreuve finale dans les bureaux de Microsoft à Zaventem et verront leurs connaissances distinguées et récompensées.

EditXMicrosoftNetChallenge2017

 

Origine de l’événement Challenge .Net

Actifs et complémentaires sur le marché de l’IT en Belgique, Edit-X et Satellit ont décidé de s’unir afin de mettre en place un concept particulièrement novateur et fédérateur.

Ce challenge .Net est le premier du genre en Belgique et est né d’une réflexion commune entre les deux entreprises : réunir, à l’échelle nationale, la communauté informatique dans un cadre ludique et didactique.

Avec le soutien de Microsoft Belgium, Satellit a donc pris l’initiative de rassembler un jury d’experts regroupant différents savoir-faire et ce, dans le but de couvrir un maximum d’aspects techniques relatifs à l’univers .NET. Par ailleurs, ce procédé a pour ambition de tendre vers une certaine représentativité du marché afin de défier la culture générale d’un développeur .NET d’aujourd’hui.

Le jury a, entre autres, été choisi pour ses qualités ainsi que ses compétences reconnues en matière de tendances et de technologies numériques. Celui-ci est composé de :

  • Arnaud Jund - Microsoft Technical Advisor chez Neomytic
  • Christophe Peerens – Microsoft Technical Advisor chez Neomytic
  • Christophe Verschuere – Biztalk Expert
  • David Hernie - Partner Business Evangelist chez Microsoft
  • Fabian Vilers – Software Craftsman  chez Dev One
  • Gilles Flish - Microsoft Tailor Made Development Manager chez Elia
  • Geoffrey Vandiest – Chief Technical Architect Gas Flow Management chez Fluxys
  • Loïc Bar – Chief Executive Officer chez Opinum
  • Patrick De Geynst – Chief Intelligence Officer chez Satellit
  • Pierre-Emmanuel Dautreppe - .Net Evangelist and Agile Coach chez Pyxis Belgium
  • Sylvain Guérin - Angular 2 Enthusiast & Digital Craftman
  • Raul Martinez - .Net Specialist
  • Renaud Dumont – Fondateur de Sparkie
  • Thomas Soumagne – Head of IT Development chez Gambit Financial Solutions

 

Présentation du Challenge

Pendant 15 minutes, les candidats seront amenés à répondre à 30 questions à choix multiples de différents niveaux de difficultés (Junior – Medior – Senior), l’objectif étant de répondre correctement à un maximum de questions en un minimum de temps.

  • Première étape : Du 23 janvier au 3 mars, le challenge sera ouvert à tous les informaticiens en exercice en Belgique (voir conditions générales) qui pourront participer en ligne au challenge via www.Editx.eu.
  • Deuxième étape : Le 9 mars, les 10 meilleurs candidats seront invités à participer à la grande finale qui se tiendra dans les bureaux de Microsoft Zaventem. Ceux-ci seront confrontés à de nouvelles questions, soumises par le jury, faisant appel à la fois aux connaissances des candidats mais aussi à leur capacité de réflexion.

 

Remise de prix

Le grand gagnant du challenge Microsoft .NET se verra récompenser d’une Surface Pro 4 I7, le deuxième d’une Surface Pro I5 et le troisième d’une Surface Pro I3. Les 7 autres lauréats seront également récompensés.

Retrouvez tous les détails de la compétition sur www.editx.eu.


Microsoft Hololens

 

Microsoft HoloLens est un casque de réalité augmentée permettant d’insérer des objets holographiques dans le champ de vision de l’utilisateur.

image

Le casque est volumineux, mais léger. Il se positionne sur votre tête grâce à une structure composée de deux arceaux ajustables. 
Deux boutons de chaque côté de l’arceau vous permettent de régler le volume sonore.  L’intérieur est rembourré et s’avère assez confortable.
Au bout de quelques minutes d’utilisation, on l’oubli !

Niveau son, le casque embarque deux écouteurs sur l’un des arceaux, au niveau des oreilles. Ça suffit pour permettre une bonne qualité d’écoute sans à s’embarrasser d’écouteurs supplémentaires, d’autant que le son est spatialisé.

 

Avec mon collègue Christophe, nous avons pu tester ce casque au MIC de Mons, Frédéreic Carbonnelle (http://www.mic-belgique.be/) a eu la gentillesse de nous prêter le casque pour une session privée.

Globalement, l’HoloLens nous a fait très bonne impression. La qualité d’image est plus que correcte et celle de l’ancrage est saisissante. Les différents écrans et « hologrammes » s’intègrent parfaitement à la vision de l’utilisateur et donnent réellement  l’impression de se trouver devant un élément en trois dimensions. La simulation suit les mouvements de la tête au millimètre près, sans décalage. Au bout d’un moment, on oublie simplement qu’on porte un casque sur la tête et on se contente de surfer entre des applications qui flottent autour de nous.


Outlook - Signature électronique via eID Belgium

Internet permet à des centaines de millions d'ordinateurs de communiquer facilement presque gratuitement. C'est une grande force, mais c'est aussi une grande faiblesse. Des utilisateurs toujours plus nombreux profitent de cette "gratuité" pour inonder le monde de Spams. D'autres utilisent cette facilité pour intercepter les messages et utiliser leur contenu.

La sécurité des échanges de données doit fournir 4 garanties:

  • être sûr de son interlocuteur. C'est l'authentification réciproque des correspondants.
  • être sûr que les données transmises n'ont pas été modifiées accidentellement ou intentionnellement. C'est l'intégrité des données.
  • éviter que les données soient lues par des systèmes ou des personnes non autorisées. C'est la confidentialité.
  • éviter la contestation par l'émetteur de l'envoi des données. C'est la signature, appelée aussi non répudiation

Ce billet va vous permettre en tant que citoyen belge, et donc détenteur d'une carte d'identité électronique, de signer vos courriers afin d'assurer que vous être bien l'expéditeur de vos courriers.

clip_image001 clip_image002

http://eid.belgium.be/fr/utiliser_votre_eid/de_quoi_avez_vous_besoin/lecteur_de_cartes

La méthode décrite ci-dessous nécessite les éléments suivants :

  • PC Windows 7, 8 ou 10
  • Office 2016, 2013, ou 2010
  • Logiciel eID Viewer version eID 4.1.13
  • Une carte d'identité numérique 'Belge'
  • Un lecteur de carte

 

1ère étape : Installation du eID Viewer

Vous trouverez l'application eID Viewer via l'adresse suivante : http://eid.belgium.be/fr/utiliser_votre_eid/installer_le_logiciel_eid/windows

Pour tester l'application, il suffit d'exécuter l'eID Viewer, de connecter le lecteur de carte, et d'y insérer votre carte d'identité. Si tout est fonctionnel, vous êtes capable de lire les données de votre carte d'identité.

clip_image003 clip_image004

Votre carte d'identité fournit deux certificats, un premier servant à l'authentification (Tax-on-web, etc), un second vous permettant de signer électroniquement.

 

2ème étape : Mise à jour de votre registry pour Outlook

Lorsque l'eID viewer est installé et fonctionnel, vous trouverez une application de configuration de votre registry

"MS Outlook Registry Configuration"

clip_image005 clip_image006

 

3ème étape : Configuration d'Outlook

Mes captures d'écran se font sur base d'Outlook 2016, mais cela fonctionne pour les anciennes version 2013 et 2010.

Les versions antérieures à 2010, cela doit fonctionner de la même manière mais je n'ai pas testé.

Via les options d'Outlook, Trust Center - Trust Center Settings

clip_image007

clip_image008

Il faut d'abord configurer les paramètres de la signature électronique -> Settings

clip_image009

Il faut créer un nouveau jeu de sécurité (New) si vous en avez déjà.

Il faut nommer ce jeu de sécurité et y associer votre certificat de signature (Choose …)

clip_image010

Attention de bien choisir le certificat de signature et non celui d'authentification.

clip_image011

On valide le tout.

clip_image012

Options :

  • "Add digital signature to outgoing messages" : Votre signature électronique sera associée à tous les messages que vous expédiez. Il n'est pas forcément indispensable de signer tous vos messages.
  • "Request S/MIME receipt for all S/MIME signed messages" : Permet d'obtenir un avis de réception sur tous vos messages signés

 

4ème étape : Envoi d'un courrier signé électroniquement

Nouveau Courrier - Options - Sign

clip_image013

Au moment de l'envoi, il vous faudra valider votre signature via votre PIN code.

clip_image014

Le courrier reçu ressemblera à ceci

clip_image015

Le courrier est bien signé électroniquement, l'expéditeur est confirmé et incontestable.

clip_image016


Etech sprl

 

Ce vendredi 29 janvier, une partie de l’équipe d’ ETECH (www.etech-sprl.com) a été invitée par Julien De l’Arbre (www.neo-sprl.com) à une séance de formation sur les outils collaboratifs de la suite Office 365.

Le but était tout d’abord d’identifier les produits les plus adaptés à notre métier et d’ainsi définir nos futurs modes de partage d’information et d’échange.

Cette formation, assurée par Arnaud Jund (www.neomytic.be), fut très interactive et totalement adaptée à notre demande !

Nous pouvons maintenant choisir les outils les plus appropriés et les « paramétrer » à notre sauce.

Une prochaine session, adressée au reste de l’équipe, ciblera les options choisies.

Merci à Arnaud pour l’aspect didactique et flexible qu’il a pu apporter.

Merci à Julien et à ses collègues de NEO qui continueront de nous accompagner dans la mise en place de nos outils informatiques.

 

cdu

 

Pascal FORNER

ETECH S.P.R.L. - CEO

etech


Technofolies 2015, HackaGame

Avec la collaboration de l'Ephec, de Neomytic et du Microsoft Innovation Center de Bruxelles, nous vous proposons de participer 'gratuitement' à notre HackaGame 

Un hackathon est un événement où des développeurs se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative. Le terme est un mot-valise constitué de hack et marathon.  Notre HackaGame sera donc un Hackathon réservé à des jeunes 'non développeurs' dont l'objectif sera de réaliser un jeu informatique.

Ils sont jeunes, ils sont connectés, ils jouent sur des tablettes ou consoles de jeux, ils adorent les technologies et la plupart sont en congé le 3 novembre 2015. Mais sont-ils capables de créer leur propre jeu à l’aide d’un langage de programmation simple et visuel ?

Technofolies2015

kodu Kodu permet de créer des jeux sur PC et Xbox via un langage simple de programmation visuel sans aucun codage. Kodu peut être utilisé pour enseigner la créativité , la résolution de problèmes et la narration , ainsi que la programmation . Tout le monde peut utiliser Kodu : les jeunes enfants ainsi que les adultes sans qualifications de conception ou de programmation . Plus de 3 millions d'étudiants , d'enseignants et de jeunes ont déjà essayé http://www.kodugamelab.com

 

spark Kodu permet de créer des jeux sur PC et Xbox via un langage simple de programmation visuel sans aucun codage. Kodu peut être utilisé pour enseigner la créativité , la résolution de problèmes et la narration , ainsi que la programmation . Tout le monde peut utiliser Kodu : les jeunes enfants ainsi que les adultes sans qualifications de conception ou de programmation . Plus de 3 millions d'étudiants , d'enseignants et de jeunes ont déjà essayé http://www.kodugamelab.com

 

 

N’hésitez pas en tant que parent ou enseignant à accompagner vos enfants et à vous initier vous aussi à leur monde numérique.

Les projets "Kodu" et "Spark" permettent à nos jeunes et à nos adolescents de développer leur créativité, la résolution de problèmes, la narration ainsi que l’initiation à la programmation. N’importe qui peut utiliser ces logiciels pour inventer un jeu sans avoir de compétences en conception ou en programmation et sont donc accessibles aux novices…

Des prix seront distribués aux meilleures réalisations de chaque catégorie.

N'hésitez-pas à consulter le site lié à l'évènement http://www.technofolies.be/Pages/HackaGame pour inscrire votre équipe !